Internet dating Australien

Jeg har oplevet racisme og diskrimination i Danmark. Er der måske andre?

2020.06.15 12:44 surfergrl89 Jeg har oplevet racisme og diskrimination i Danmark. Er der måske andre?

Jeg er normalt kun en lurker her på Denmark; og kun har postet et par gang, når jeg har spørgsmål om kultur, politik osv. De sidste uger har jeg været skuffet over, hvordan medierne, sociale medierne og Denmark har reageret til racisme-debatten - ikke fordi jeg er uenig med jer, som laver sjov med "venstrefløjen", den sorte kvinde hvis navn jeg ikke kan huske, or whatever. Men fordi jeg synes, nogle af de jokes I har lavet faktisk er ganske racistisk (uanset hvor meget vedkommende har fortjent at blive kritiseret/lavet sjov med), og at jeg synes, det er foruroligende, at nogle få faktisk påstår, racisme ikke er et problem i DK.
Jeg kender ikke meget til danske reglepolitik. Jeg vil hellere ikke sige, at man kan overføre BLM og Amerikanske racisme i Danmark. Jeg vil dog sige, at dem som påstår, at systemisk racisme, soft racisme, og racisme i det hele taget ikke er et problem i Danmark har taget fejl. Måske har jeg taget fejl i min opfattelse. Måske min shitty, ikke-flydende dansk har ført mig til at misforstå de kommentarer, som har "inspireret" mig til at skrive denne post. Måske bliver jeg bare downvoted to hell. Jeg håber alligevel, at I vil lytte.
Nej, jeg bliver ikke dræbt af politiet og ja, denne post er en stor fallacy i sig selv, da den kun er om mine erfaringer. Forhåbentligt kan det dog vise danskerne og Denmark, at livet ikke er så peachy perfect for de udlaændinge, hvis grund til at flytte her ikke er for at arbejde hos Mærsk/Total.
Baggrund: Har boet i DK i 3 år, mørkhudet Asiat, en forældeen del af familie er Amerikaner. En del af forskellige new commmeforeigners i DK grupper (for social activities and networking). Var journalist og skribent i mit hjemland/i USA. Studerende nu.
Jeg ved, at denne post er emotionelt ladet fremfor at være baseret på statistik/research/whatever. Jeg er også klar over, at jeg slet ikke er undertrykt og har mange muligheder ift. minorititer i andre lande.
Jeg håber stadig, at I overvejer, at Danmark ikke er et perfekte, racisme/diskriminations-fri land. Mange udlænding har sandsynligvis oplevet "små," irriterende diskrimination, som har gjort livet vanskeligere for dem i forskellige grader. Jeg håber, I giver plads til dem, som ikke har oplevet den Danmark, som I har; som har en anden opfattelse af et land, som vi elsker og respekterer, men som nogle gange føler som ikke landet ikke elsker og respekterer os. (Jeg taler overhoved ikke for hele minoritetsgruppen, bare for mig selv og dem jeg kender, som har haft samme foølelseoplevelser).
Det er ikke for at sige, at DK er et lorte sted. Tværtimod. Det er hellere ikke for at sige Danmark og alle danskere er racistiske.
Man kan dog ikke bare lave memes om, at racisme ikke findes i Danmark. Og jeg synes, hvis jeg skulle været ærlig, at mange danskere er ufølsomme med deres ord/argumentejokes - og disse samme mennesker virker ret defensiv om Danmarks "progressiveness", når konfronteret med andre meningeopfattelser.
PS Der er en ung mand, som jeg følger, som har delt mange links om research/artiklestatistikker mht. racisme i Danmark: https://www.facebook.com/rbrygger; her er en podcast, som jeg synes var interessant (ikke at jeg er enig i det) https://avisendanmark.dk/artikel/racismeforsker-danskerne-er-selvglade-nationalister-som-ikke-kan-erkende-racisme?fbclid=IwAR0wYgLGgOu0IStjOQHdmVQDhox3uWyo_u8dIbCkW1ncysURVqAvFcl3xy4; her er en essay, som jeg også synes kunne være relevant: https://www.facebook.com/theLLAG/photos/a.493561587401992/2981563645268428/?type=3&theater
PPS vil bare tilføje, at jeg også synes, at det virker som om, reaktionen og kritikken til den sorte kvindes “racisme” har været meget mere grov og voldsom end til Paludans (hvor det synes, at viiiiiiirkelig mange danskere forsvarer Paludans bullshit for “ytringsfrihed”).
PPPS har slet ikke tid og energi til at tjekke grammaspelling og genlæse hvad jeg har skrevet, so apologies in advance
EDIT: JEG HAR GLEMT AT TILFØJE DEN VIGTIGSTE!!!!!
Min mands bedstevens bror havde en kæreste fra Australien. De vil gerne flytte her. Efter at ansøge og det hele, ringede han til the department for immigration (or whatever department is in charge of this called) to ask how good the chances of his wife were for being able to move here. Han sagde, at kvinden nægtede at svare; men efter at have presset hende, så sagde hun noget i retning af "Du har ikke noget du skal være bekymret for, hvis din kone kommer fra australien. Det er kun dem, som kommer fra uonskede lande ligesom i mellemøsten, som vil blive afvist." Det hele endte med at processen var for stressende selv for dem, at de blev skilt. (de giftede sig, fordi de havde hørt, det skulle være nemmere for dem at komme her som gift). Hvis i nogen sinde er i esbjerg, find en rock-bar med en bartender, som har været i australien. Han vil sikkert bekræfte denne (dog lad være med at vise denne post for at gemme min identitet lol).
EDIT 2:
yoooo a few of you guys are really defensive, damn. i'm not attacking denmark, jeez. i never even said i hate danes or that i hate being here or that denmark is worse than USA or that denmark is a racist shithole lol. me writing this post is NOT me complaining, regardless of what tone my danish writing gave off. i even outright admitted this post is devoid of statistics and is a big fallacy in itself, since it's just a bunch of hastily listed first-hand experiences and generalizations with no scientific basis.
i'm just suggesting that there's another side of denmark that some of us might not have seen/heard of/experienced - and for the betterment of our society and country, we ought to be open to hearing other people's perspectives. otherwise, we're just hiding the ugly parts of society under a rug and pretending they don't exist (and effectively saying these people also don't exist) - instead of tackling them and finding a solution head-on. just because i like denmark as a whole, doesn't mean i'm gonna shut up if i think there's parts of it that can and should be improved. denmark being good does not equal to it being immune from criticism/improvement.
EDIT 3:
Skal også nævnes, at vi havde en klassekammerat på HF, der blev smidt ud. Sort, havde baggrund som ex gang member, fattig familie fra somalien (kan ikke huske om han var født her eller om de flyttede da han var en baby). Gik i skole nogle uger efter han blev løsladt; havde lidt PTSD-agtig symptomer når han er i en klasselokale blandt mennesker, men fulgte opgaverne, lektier, m.m. fint! (Lærerne sagde selv, han har potentielle og er klog). Problemet var, at han fik for meget fravær på et tidspunkt for whatever reason (maybe PTSD eller reintegration to society problems eller andre årsager; da han begyndte at pjakke efter en idiot dansk dreng fra et andet hold sagde til ham, skolen er ligeglad med fravær). Smidt ud. Fair nok. Det er reglen jo. To hvide danske piger i samme hold. Har haft meget mere fravær end han gjorde. Præsteret på samme niveau som han gjorde ift lektier osv. Blev ikke smidt ud. Rygterne var fordi, skolen vurderede, at pigernes IQ er høj, derfor kunne de sandsynligvis klare skolen bedre trods fravær (selvom på det tidspunkt havde det ikke viste det endnu, da det skete 2ish måneder efter vi startede skoleåret). Jeg synes ikke, det er fair. Reglene siger jo, at man smides ud, hvis man har X-fravær - no exceptions - apparently unless you're a single, danish mother in her 20s. De fik chance til at vise, at de kan opgaverne trods fravær (og de fortsat med at have fravær mindst to dage hver uge hele skoleåret), men den anden ikke kunne.
EDIT 4:
Tak til alle som har bidraget til debatten, uanset jeres meningepolitiske holdninger.
Jeg vil dog sige, at jeg for a long time syntes, Denmark havde en negativ eller underlig stemning ift debatter og diskussioner. Mange kommentarer opfattede jeg som barsk, grov, uhøflig, immature, provokerende, sometimes not even addressing the topic but just insulting politicians/public figures/etc - selv når brugeren kunne bevise en artikel osv., kunne tonen være hård. Just now with all the criticisms against that black lady, there were jokes about her appearance and weight - also about Paludan, though I personally didn't see those as often.
I dismissed that gut-instinct as me being wrong, fordi mit dansk er shit og jeg er ikke flydende, så måske var det bare mig, der havde misforstået noget eller at noget var lost in translation. Nu tror jeg, at jeg havde ret. Især når der har været nogle danskere, som har reached out og udtrykkede de samme opfattelser.
EDIT 5 (og forhåbentligt sidste):
Saying "Der findes ikke noget forkert i de reglepunkter du har nævnt. Alle immigranter skal går igennem det" is like saying that "All immigrants are affected by these ridiculously tough laws; therefore the laws are not discriminatory since it discriminates against all immigrants equally" lol. The problem isn't having laws per se. Laws for safeguarding are fine. But some laws are dumb as fuck and downright unfair and were clearly made to regulate certain ethnic groups. Tightening certain laws so it affects certain social groups more than others - chiefly for the sake of virtue signaling and gaining populitisk votes - is, actually, a form of discrimination. Where is the logic in not allowing working residents any safeguards against arbejdsløshed? Where is the fairness in denying the visa application of an immigrant who has worked full time and paid taxes for many years (some more than most danes), simply because he was jobless for a few months prior to sending his application? Where is the fairness in that, when someone from EU can get more rights for working/paying taxes in a shorter timeframe? Christ. Did you guys even listen to your own samfundsfag/jura classes? Honestly...
EDIT 6:
i have not anywhere said that this post is exclusively about systemic racism....... if you wanna get technical with it, i’d call the bullet points about laws and difficulty getting social mobility/access to school etc as institutional racism - whether it’s systemic, too, is a whole other discussion
submitted by surfergrl89 to Denmark [link] [comments]


2019.09.21 15:56 BitterWinterFR Surveillance high-tech en Chine : un « despotisme numérique »

Surveillance high-tech en Chine : un « despotisme numérique »
La Chine associe technologie de surveillance de pointe et méthodes répressives traditionnelles digne d’un État policier communiste pour créer une dystopie orwellienne au XXIe siècle dans la région du Xinjiang et au-delà.
https://preview.redd.it/fkew0xkfdyn31.jpg?width=640&format=pjpg&auto=webp&s=255fb18a493e5cec8fde810695e79715757a6ee6
par Paul Crespo
Skynet, Sharp Eyes, Opération frapper aux portes, Soldat de nettoyage d’Internet : tels sont quelques-uns des termes que les services de sécurité d’État chinois utilisent pour décrire les systèmes de surveillance rigoureux mis en place pour identifier, surveiller, suivre et persécuter des millions de citoyens chinois, notamment les minorités ethniques et les groupes religieux.
Les technologies et systèmes de surveillance de pointe que la Chine utilise, se servent de l’intelligence artificielle (IA) perfectionnée pour traiter et analyser d’énormes quantités de données recueillies à l’aide de la reconnaissance faciale, du test d’ADN, de la biométrie, du GPS, de caméras de vidéosurveillance à haute résolution omniprésentes, d’applications mobiles intrusives, de logiciels, de TV connectées et de drones. Cependant, la Chine associe également cette technologie de pointe à des réseaux d’informateurs à l’ancienne, à une présence policière constante et envahissante, à des avant-postes et des patrouilles, tous intégrés à d’immenses bases de données informatisées.
« [La Chine a] adopté le système de surveillance le plus envahissant au monde, et utilise les nouvelles technologies non seulement pour surveiller, mais aussi pour associer des personnes à leurs casiers judiciaires, à leurs informations sociales, à leur nom et à leur numéro d’identification », a déclaré James Andrew Lewis, expert en technologie au Center for Strategic and International Studies (CSIS). « C’est une association de données importantes, de reconnaissance faciale, et de surveillance omniprésente qui l’a rendu aussi étrangement intrusive ».

Trois méthodes de surveillance

Ce système de surveillance comprend principalement trois méthodes : 1) Collecte massive et sans précédent de données à caractère personnel, 2) surveillance presque totale par des moyens techniques et humains, et 3) analyse et gestion de données à l’aide de l’IA perfectionnée et des opérations de coordination de style militaire. L’objectif final est une base de données nationale sophistiquée permettant aux forces de sécurité de suivre, analyser et surveiller en temps réel ou quasi réel chaque personne en Chine.
Si de nombreux aspects de ces systèmes de surveillance sont utilisés dans toute la Chine, c’est la région autonome du Xinjiang, au nord-ouest de la Chine, où vit la majorité de la population musulmane ouïghoure du pays, qui sert depuis un moment de banc d’essai ou de laboratoire pour certaines des techniques les plus intrusives et répressives. En 2017 le président Xi Jinping a déclaré qu’il était en pleine création d’un « mur d’acier » autour de la région. Une fois qu’ils font leurs preuves dans le Xinjiang, ces systèmes de surveillance sont souvent déployés dans d’autres régions de Chine.
Fergus Ryan, analyste et spécialiste de la Chine à L’Institut australien de Stratégie politique (ASPI), a affirmé que ces systèmes ont été mis en place par Pékin « dans le cadre de la répression des Ouïghours, des Kazakhs et d’autres minorités ethniques » et que la région du Xinjiang constituait « un banc d’essai important pour ce type de technologies de la surveillance »

Collecte massive de données

La Chine est devenue le leader mondial abominable dans le domaine de la collecte de données extrêmement sensibles et à caractère personnel auprès de ses citoyens. Selon Human Rights Watch, les autorités chinoises dans la région du Xinjiang recueillent un éventail complet de données biométriques, y compris les échantillons d’ADN, les empreintes digitales, les scanners de l’iris et les groupes sanguins de tous les résidents de la région âgés de 12 à 65 ans dans le but d’établir une base de données biométrique régionale.
Cette collecte de données se fait principalement par le biais d’une application mobile spécialement conçue à cet effet, tandis que les échantillons d’ADN et les groupes sanguins sont recueillis dans le cadre d’un programme annuel d’examens médicaux gratuits nommé « examens médicaux pour tous ». En 2016, les postes de police du Xinjiang ont également commencé à recueillir des échantillons de la voix des résidents en vue de constituer une base de données vocale nationale qui pourrait être utilisée, par exemple, pour identifier des voix dans des conversations téléphoniques enregistrées.
Pour les personnes désignées comme « personnes à surveiller », ou « personnes clés » les échantillons complets de leurs données biométriques doivent être prélevés, quel que soit leur âge. Ces « personnes importantes à surveiller » sont les personnes que les autorités chinoises considèrent comme étant une menace pour la stabilité du régime, ainsi que leurs familles ; ce sont généralement des membres de minorités ethniques telles que les Ouïghours, et des groupes religieux « illégaux ».
Selon Human Rights Watch, le plan de cette collecte de données biométriques est détaillé dans un document officiel intitulé « Orientations en matière d’identification et d’enregistrement de données précises de la population de la région [autonome ouïghoure du Xinjiang] » (« Programme d’enregistrement de la population »).
Comme Bitter Winter l’a signalé précédemment, la majeure partie des efforts de collecte de données déployés par la Chine inclut également la vaste « Opération frapper aux portes » de type coup de filet lancée à l’échelle nationale en début 2017. Cette opération consiste à envoyer des policiers enquêter et photographier des croyants sur la base de prétextes fallacieux, dans le cadre d’un système de surveillance plus large visant à surveiller particulièrement les croyants dans tout le pays.
Le but de cette opération est de recueillir des informations concernant les activités des groupes religieux inscrits sur la liste des xie jiao et effectuer une surveillance en réseau de chaque croyant. Les données sont stockées sur des ordinateurs dédiés appartenant au Bureau de la sécurité intérieure. Les enquêteurs recherchent également des preuves attestant que des personnes font la promotion des croyances religieuses. Au cas où ces preuves seraient découvertes, une enquête approfondie devra être menée. Ces enquêtes entraînent par la suite une surveillance complète et continue des personnes à travers les projets « Sharp Eyes » et « Skynet », ainsi que d’autres systèmes de surveillance électroniques sophistiqués.

Surveillance totale

Comme l’a souligné le Los Angeles Times, la Chine a installé 176 millions de caméras de surveillance publique et privée pour une population de 1,4 milliard d’habitants, dont certains à chaque pâté de maison dans la capitale, Pékin. Cependant, la Chine compte faire installer 626 millions de caméras sur l’ensemble de son territoire d’ici 2020. Étant donné que la plupart des caméras de vidéosurveillance sont installées en zone rurale et intègrent de plus en plus de fonctionnalités de reconnaissance faciale avancées tel que le tout dernier logiciel de reconnaissance de la « démarche », la Chine deviendra bientôt la société la plus surveillée du monde
Selon un reportage de Radio Free Asia, la société à l’origine de Sharp Eyes prétend avoir développé les systèmes en s’appuyant sur les téléviseurs et les smartphones pour introduire la vidéo surveillance dans les domiciles À partir de 2016, la police dans la région du Xinjiang a également commencé à utiliser des scanneurs portables et fixes pouvant s’introduire dans les smartphones pour extraire et analyser toutes les informations qu’ils contiennent. À présent, ces systèmes de surveillance se répandent discrètement dans toute la Chine. Reuters a rapporté qu’ils s’étendent en ce moment vers des villes comme Shanghai et Pékin.
Les résidents de la région du Xinjiang doivent également installer des appareils GPS dans leurs véhicules, et ceux qui refusent de le faire ne sont pas autorisés à acheter du carburant. Les autorités locales ont même installé des systèmes de reconnaissance faciale qui les alertent lorsque des personnes ciblées s’éloignent à plus de 300 mètres de leur domicile ou de leur lieu de travail.
En outre, depuis 2017, les résidents de la région du Xinjiang doivent installer une application appelée Jingwangweishi, « Soldat de nettoyage d’Internet » pour permettre aux autorités de surveiller leurs téléphones portables. De plus, tous les Chinois résidant en Chine sont de plus en plus surveillés par l’État à travers une porte dérobée introduite dans la très célèbre application de messagerie et de réseau social, WeChat.

Coordination de type militaire

Avec des données relatives à tous les aspects de la vie et tous les mouvements d’une personne, l’État a besoin de l’intelligence artificielle pour traiter le large volume de données relatives à des centaines de millions de Chinois. L’IA permet de reconstituer les habitudes, de détecter les relations et de remarquer les déviances. Selon Dean Cheng, un spécialiste de la Chine à la Heritage Foundation, il est devenu difficile pour les responsables des églises de maison d’organiser, de célébrer secrètement des cultes ou d’informer les étrangers en cas de persécutions.
Afin de gérer et analyser ces énormes quantités de données provenant de tant de sources, les autorités chinoises mettent au point une « Plateforme intégrée des opérations conjointes » de style militaire pour rassembler les données à caractère personnel dans le but de détecter tout écart de ce que les autorités considèrent comme étant « normal », rapporte Human Rights Watch. Le programme génère des listes de sujets à rassembler et à interroger par la police ; beaucoup sont détenus puis envoyés dans des camps de transformation par l’éducation.
La plateforme intégrée des opérations conjointes est une nouvelle doctrine de l’Armée populaire de libération (APL) qui dépend du « système des systèmes de pointe C4ISR (commandement, contrôle, communications, informatique, renseignement, surveillance et reconnaissance). L’application par la Chine de cette doctrine militaire et ces systèmes de surveillance à la police civile montre à quel point le maintien de l’ordre dans la région du Xinjiang est militarisé.

Traquer et réprimer

En fin de compte, tous ces systèmes de surveillance et de collecte de données sont conçus à une seule fin. Tandis que les autorités chinoises prétendent que ces systèmes de surveillance et de suivi sans précédent sont utilisés aux fins de prévention de la criminalité, d’amélioration de la santé ou à d’autres fins inoffensives, leur objectif principal reste la surveillance et la répression de la population, en particulier les Ouïghours et les groupes religieux.
Cette réalité a récemment été mise à nue de manière choquante lorsqu’un expert informatique néerlandais a découvert une énorme base de données chinoise en ligne non sécurisée, qui indiquait que la Chine utilise un système de surveillance appelé « traqueur de musulmans » pour surveiller de près plus de 2,5 millions de personnes, principalement des Ouïghours de la région du Xinjiang. Selon la chaîne de télévision australienne ABC News, Victor Gevers, un chercheur de la GDI.foundation, a découvert des noms, des numéros de carte d’identité, des dates de naissance, des employeurs et des lieux dans une base de données non protégée gérée par SenseNets, une entreprise chinoise engagée par la police chinoise.
Des rapports ont montré que la base de données en question contenait des renseignements relatifs à 2 565 724 personnes et 6,7 millions de coordonnées géographiques indiquant l’emplacement de chacune d’elles au cours des dernières 24 heures. Selon Gevers, ces données avaient été étiquetées à l’aide de lieux tels que mosquée, hôtel, cybercafé, restaurant, poste de police, et d’autres endroits où se trouvaient des caméras de surveillance. Ces lieux avaient apparemment été enregistrés au passage de ces personnes devant des caméras en positions fixes qui ont fourni des vidéos pour la reconnaissance faciale.
« Cette solution de reconnaissance faciale et d’identification personnelle non sécurisée a été conçue et exploitée à une seule fin », a-t-il écrit sur Twitter : « Il s’agit d’un « traqueur de musulmans » financé par les autorités chinoises dans la province du Xinjiang destiné à surveiller les musulmans ouïghours ». D’ici 2020, la Chine prévoit d’utiliser ces systèmes de surveillance complets pour surveiller tous les Chinois. Cependant, celle-ci peut ne pas limiter sa surveillance de la population à la Chine.
Comme Bitter Winter l’a souligné, la récente arrestation à Vancouver, au Canada, de Meng Wanzhou, vice-présidente du conseil d’administration et directrice financière de Huawei Technologies Co. Ltd, la plus grande société privée chinoise a avivé les inquiétudes selon lesquelles la Chine a l’intention d’étendre ses techniques de surveillance à l’échelle mondiale, bien au-delà de la Chine par le biais d’entreprises comme Huawei, voire même détourner éventuellement la nouvelle génération du réseau 5G mondial à ces fins.

Censure et endoctrinement numériques

Afin de compléter le tableau orwellien en Chine, des géants occidentaux de la technologie comme Apple sont complices de la Chine dans sa répression parce qu’ils censurent les sites et les applications de défense des droits de l’homme et de la liberté religieuse, dont Bitter Winter. De plus, en janvier 2019, le PCC a lancé une nouvelle application disponible pour les plateformes Apple et Android, « Étudier Xi (Xue Xi), rendre le pays plus fort », disponible sur le site Web xuexi.cn. Cette application offerte par le Centre de recherche sur l’opinion publique du Département central de la propagande du PCC, est obligatoire pour l’ensemble des cadres et membres du CCP.
Comme l’a noté Bitter Winter, le nom de l’application repose sur un jeu de mots en chinois. « Xi » est le nom de famille du président, mais également le deuxième caractère du mot xuexi qui veut dire « étudier ». Ceci implique que l’étude des discours du président est la plus importante de toutes les études. Apple, qui censure d’autres applications, a rapidement rendu service au PCC comme l’ont fait d’autres plateformes, et l’application « Étudier Xi » fonctionne désormais à plein régime.
En Chine, le terme « dystopie orwellienne » pourrait s’avérer trop faible pour décrire le despotisme numérique toujours croissant du PCC.
Rectificatif (22 mars 2019) : il y a erreur dans le texte original sur le nom de la société qui a conçu la technologie Sharp Eyes. Il ne s’agit pas de Bell New Vision Co., mais de la société Aebell Technology Corporation basée dans le Guangdong.

https://fr.bitterwinter.org/surveillance-high-tech-en-chine-un-despotisme-numerique/
TAGGED WITH: DROITS HUMAINS, MESURES DE « STABILISATION » DU PCC, SURVEILLANCE, XINJIANG
submitted by BitterWinterFR to u/BitterWinterFR [link] [comments]